Nutritionniste

Revue de presse

Article du Ouest-France du 27 mars 2020

Coronavirus. « Écouter sa faim pour maîtriser le grignotage »

En ce moment, tous les médias semblent s’être mis d’accord et suggèrent de profiter du confinement pour cuisiner en famille. Souvent une recette accompagne le conseil, et, généralement, on trouve du chocolat dans la liste des ingrédients. Pour les confinés gourmands, le manque d’exercice, l’ennui et les cookies finissent par se faire sentir sur la balance. Selon Pascale Gourdon, le problème ne vient pas du chocolat, « du moins si on parle uniquement de poids ».

« Attendre d’avoir vraiment faim pour manger »

La physio-nutritionniste, installée à Perros-Guirec, le répète sans relâche à ses patients : « La solution pour ne pas grossir, c’est d’écouter sa faim. C’est le signal clair du corps pour indiquer qu’il a besoin d’énergie. » Et, dans ce cas, les calories apportées sont brûlées par l’organisme au lieu d’être stockées si elles sont consommées en surplus. Ce serait si simple ? Oui et non. « Déjà il faut apprendre à différencier l’envie du besoin, et attendre d’avoir vraiment faim pour manger. » Ça peut paraître étrange comme conseil, mais c’est une sensation que certaines personnes ont perdu, « quand on la retrouve, c’est tellement agréable qu’il est moins difficile de résister aux écarts ».

Ces écarts, la spécialiste du comportement alimentaire ne les rejette pas complètement. « On peut choisir de se réconforter avec l’aliment qui nous fait envie. Certes, je n’ai pas faim, mais ce gâteau au chocolat, je décide de le déguster pour me faire plaisir. Dans ce cas, j’attends vraiment d’avoir faim avant de manger à nouveau. » Une autre notion primordiale : reconnaître le moment où la satiété se fait sentir. « Là, le corps signale qu’il a ce qu’il lui faut. » Pour y parvenir, Pascale Gourdon nous livre sa phrase magique : « Boire les aliments solides et manger les liquides. » L’idée étant de trouver plus de saveurs en mâchant (et remâchant) et de déguster plutôt que d’avaler.

Reste le problème du grignotage, de l’envie, de la fringale, chacun le nomme comme il veut. « Dans ce cas, je conseille de lister les actions qui font du bien. Chacun à ses préférences. » On peut taper dans des coussins, surtout en ce moment quand les sorties pour évacuer le stress sont limitées, on peut chanter à tue-tête, crier, ou prendre quelques minutes pour respirer… Pendant ce temps, on a gardé un peu de distance avec l’alimentation, « et la pression a diminué ». Alors, même si en ce moment on trouve tous les prétextes pour se réconforter dans sa cuisine, avec ou sans les enfants, la solution est peut-être de se faire plaisir en écoutant sa faim ?

Anne HERVIOU.

Article du Ouest-France du 23 décembre 2018

JPG - 121.2 ko
Article du Ouest-France du 23 décembre 2018 (cliquez pour lire l’article)

Article du Trégor du 20 septembre 2018

Des ateliers culinaires accessibles à tous à la Biocoop

JPG - 118.7 ko
La cuisine de la Biocoop de Lannion a été entièrement refaite et le plan de travail et de cuisson est maintenant accessible aux personnes à mobilité réduite. (©Isabelle Philippet)

Depuis plus de quinze ans, Pascale Gourdon propose des ateliers culinaires dans les locaux de la Biocoop Traou An Douar, route de Trébeurden, à Lannion.
Depuis le mois de mars, la cuisine a été entièrement refaite. L’espace est très lumineux, chaleureux et donne envie, même au plus réfractaire, de cuisiner de bons petits plats. Le plan de travail et de cuisson a quant à lui été aménagé de façon à être accessible aux personnes à mobilité réduite.

Pas de viande au menu
Les ateliers se déroulent par groupe de deux personnes, dans une ambiance conviviale, le but étant de passer un bon moment. Deux recettes sont prévues à chaque session et la viande n’est évidemment pas au menu.
On étudie la recette, on sent les épices, on regarde, on touche les aliments et je propose différentes versions suivant les goûts.

Des recettes simples
Les recettes sont simples à réaliser et applicables ensuite au quotidien. Courge farcie aux lentilles, roulé d’aubergine, purée de légumes festive, maffé de légumes d’hiver ou encore paupiettes végétales, les ateliers permettent de découvrir des recettes variées, et donnant envie de déguster légumes de saison, céréales ou encore légumes secs. Mais surtout, ils sont une passerelle vers une alimentation saine, permettant ainsi d’améliorer sa santé.
On retrouve le plaisir de manger et l’écoute de ses vrais besoins. L’alimentation est quelque chose de très sensoriel quand on a à la base de bons aliments.

Des légumes et des fruits de saison et locaux
Formée à Paris auprès d’un groupe de recherche sur l’obésité et le surpoids, la nutritionniste travaille uniquement avec des légumes et des fruits de saison et locaux. Son objectif : « Que les élèves prennent plaisir avec les légumes qui sont des aliments nécessaires à la santé, qu’ils découvrent des tas d’ingrédients et retrouvent le goût de manger et de désamorcer les croyances ».

Pratique : Biocoop Traou An Douar, route de Trébeurden, à Lannion. Ateliers sont ouverts à tout public, dès l’âge de 12 ans, les mercredis de 9 h 30 à 11 h 30 et certains lundis, de 18 h 30 à 20 h 30. Inscriptions au 02 96 48 90 74.

Article du Ouest-France du 14 Juin 2014

JPG - 241.8 ko
Article du Ouest-France du 14 Juin 2014 (cliquez pour lire l’article)

Pascale GOURDON - 17 boulevard Aristide Briand - 22700 Perros-Guirec - 06 13 67 20 48 - pascale.gourdon@yahoo.fr

Site hébergé par Avant-Premières